Droits et obligations reconnaissance de paternité [Résolu]

Lizmaya 3 Messages postés lundi 4 décembre 2017Date d'inscription 4 décembre 2017 Dernière intervention - 4 déc. 2017 à 11:12 - Dernière réponse : doris33 39572 Messages postés jeudi 14 février 2013Date d'inscriptionContributeurStatut 12 décembre 2017 Dernière intervention
- 4 déc. 2017 à 13:59
Bonjour,
Bonjour,
C'est une question un peu délicate. Il y a quelques mois, mon fils a eu une brève aventure avec une jeune femme de nationalité croate. Celle-ci affirme qu'elle est aujourd'hui enceinte de lui et veut l'obliger à reconnaître l'enfant. Elle lui demande de venir s'installer avec lui en France pour fonder une famille. De toute évidence, mon fils très jeune (21 ans) et sans emploi stable, n'est pas prêt pour s'engager dans une vie de famille. Lorsqu'elle le lui a appris, il lui a dit clairement signifié qu'il ne souhaitait pas s'engager dans une vie de famille et lui a demandé d'interrompre sa grossesse, lui proposant de l'accompagner dans cette démarche, mais elle a refusé.
Mon fils vient tout juste de m'apprendre la nouvelle et je ne sais quoi lui conseiller. Nous n'en dormons plus et ne savons que faire.
Que peu-il faire ? Est-il obligé d'accepter de faire un test de paternité après la naissance du bébé prévue d'après elle en avril 2018 ?
Si le test est positif, sera-t-il condamné à verser une pension alimentaire jusqu'à la majorité de l'enfant ?
Enfin, quels risques encoure-t-il en cas de refus et quels sont ses droits ?
Jusqu'où la jeune femme peut-elle faire pression sur lui et quels sont ses droits à elle ?
En matière de droit familial, la loi est-elle identique en Croatie ?
Merci d'avance pour votre réponse.
Liz
Afficher la suite 
3Messages postés lundi 4 décembre 2017Date d'inscription 4 décembre 2017 Dernière intervention

6 réponses

Répondre au sujet
doris33 39572 Messages postés jeudi 14 février 2013Date d'inscriptionContributeurStatut 12 décembre 2017 Dernière intervention - 4 déc. 2017 à 11:20
+2
Utile
1
Bonjour,


si un test ADN est ordonné par la justice, dans le cas où votre fils aurait des doutes sur sa paternité et que le test soit positif, oui, votre fils devrait une pension pour aider à l'éducation de cet enfant et cela jusqu'à ce que l'enfant soit autonome financièrement et donc au-delà de la majorité.

Par contre, il ne sera pas obligé de s'en occuper, ni de faire venir cette jeune femme, l'aide de votre fils s'arrêterait à la pension de l'enfant.

Par contre, je ne sais pas quelle est la loi en Croatie mais la loi française impose à votre fils d'assumer sa paternité s'il est bien le père de cet enfant.

Pour une naissance dans environ 5 mois, on est bien au-delà des possibilités d'avortement, de toute façon, personne ne peut obliger une femme à avorter.

Lizmaya 3 Messages postés lundi 4 décembre 2017Date d'inscription 4 décembre 2017 Dernière intervention - 4 déc. 2017 à 12:00
Oui, concernant l'avortement, je comprends tout à fait et suis d'accord sur le principe : nul ne peut contraindre une femme à avorter.
Quoi qu'il en soit, les conséquences vont forcément se répercuter sur nous, les parents.
Comme quoi, on a beau éduquer, accompagner et informer nos enfants, nul n'est à l'abri d'une erreur de jeunesse...
En tout cas, merci beaucoup pour vos réponses rapides, claires et précises.
Cordialement,
Liz
Commenter la réponse de doris33
+1
Utile
Bonjour,

Est-il obligé d'accepter de faire un test de paternité après la naissance du bébé prévue d'après elle en avril 2018 ?
Non il n'a pas d'obligation, mais son refus est assimilable à un test positif.
Donc pas dans son intérêt.
Commenter la réponse de Misha-d'ok
celestedu35 2343 Messages postés mardi 6 juin 2017Date d'inscription 8 décembre 2017 Dernière intervention - 4 déc. 2017 à 11:16
0
Utile
2
bonjour si le test est positif oui il devra assumer aux besoins de son enfant si elle en fait la demande au Juge des affaires familiales
Lizmaya 3 Messages postés lundi 4 décembre 2017Date d'inscription 4 décembre 2017 Dernière intervention - 4 déc. 2017 à 11:31
Merci pour votre réponse.
Si je comprends bien, il n'a pas d'autres choix que d'attendre la naissance du bébé, se soumettre au test de paternité et s'il est positif, prendre à sa charge la pension alimentaire demandée par le juge des affaires familiales ?
Y-a-t-il d'autres réponses possibles ?
Liz
doris33 39572 Messages postés jeudi 14 février 2013Date d'inscriptionContributeurStatut 12 décembre 2017 Dernière intervention - 4 déc. 2017 à 13:59
C'est de l intérêt de votre fils de demander un test adn par voie de justice, dans l hypothèse où il se serait fait manipuler par cette jeune femme.

S il ne reconnaît pas spontanément l enfant, cela sera à la mère de faire le nécessaire et à ce moment-la, votre fils devra demander le test.
Commenter la réponse de celestedu35
Newsletter

Pour mieux gérer vos finances et mieux défendre vos droits, restez informé avec notre lettre gratuite

Dossier à la une