Réparation de Turbo qui a mal tourner

Maskoff 1 Messages postés mardi 13 février 2018Date d'inscription 15 février 2018 Dernière intervention - 14 févr. 2018 à 19:12 - Dernière réponse :  Marley-18
- 15 févr. 2018 à 00:59
Bonsoir à tous
Je tiens à m’excuser si j’ai enfreins une règle ou si je ne poste pas mon message au bon endroit.

En janvier 2016 j’ai confier mon véhicule a un garage a la suite d’un constat de perte de puissance de mon véhicule
Il s’agit d’un modéle Audi a3 diesel 1.9 tdi
Le garage diagnostic alors un problème venant du turbo et aprés mon accord décide de procéder au changement du turbo et a une vidange complète du vehicule remplacement des filtres a huiles et nettoyage des vannes EGR.
Je récupére mon véhicule quelques jours plus tard et je régle une facture de 1200 euros.
Malgré ces réparations onéreuses le probléme de perte de puissance persiste...
Je décide de retourner voir mon garage. Nous sommes en mars 2016. Cette fois ci le garage diagnostic un dysfonctionnement du débit métre et procéde a son remplacement sans m’en informer. Je paye et récupère ma voiture!
En avril 2016 sur l’autoroute, mon véhicule se met à décélérer et accélérer, une fumée épaisse blanche sort du pot et du capot contraignant a m’arrêter sur le bas coté.
Je fais appel a une société de dépannage pour remorquer la voiture a un garage.
A la suite de tous ces événements J’ai donc décider de faire marcher ma protection juridique qui s’est chargée de la mise en place d’une expertise qui s’est tenu en mai 2016.
L’expert a relevé les constatations suivantes:
Absence d’huile sur jauge, rotation difficile de la turbine d’admission,
Blocage turbine échappement et presence d’huile ligne d’échappement.
En juillet les différentes parties se réunissent a nouveau pour mener l’expertise contradictoire amiable a son termeet en tirer les conclusions.
Les conclusions du rapport d’expertise ne laissent aucun doute a l’engagement de la responsabilité du garage.
A l’issue le garage me propose le remboursement des 2 factures de 1200 et 200 € qui correspondent au remplacement du turbo et du débit métre, feignant d’ignorer les frais annexes ... ( gardiennage, assurance ...)
En tout état de cause, les conclusions de l’expert ne souffrent d’aucune ambiguïté je cite,
« Au terme de nos conclusions d’expertise nous considérons que l’avarie survenue le ...avril 2016 est la conséquence directe d’une faute professionnelle imputable au Garage ... »
A la suite de cela ma protection juridique s’est donc chargé de mettre en demeure le garage en question pour procéder a la réparation des frais et des prejudices nés des fautes contractuelles constatés.
Cette mise en demeure n’a produit aucun effet me contraignant a saisir la juridiction de céans.
Le jugement s’est tenu en novembre 2017 le verdict me sera rendu demain.
Je m’aperçois sur le document « assignation au tribunal d’instance » que le chiffrage établi par mon avocat est inférieur au total des préjudices que j’ai subi. ( rachat d’un autre véhicule dans l’urgence, assurance du véhicule, frais de gardiennage, deplacement lors des expertises)
Plus particulièrement les frais de gardiennage qui continuent d’évoluer et dont le chiffrage réclamé se base sur la période du jour de la panne soit, en avril 2016 jusqu’en juillet 2016 date de la dernière expertise.
Le problème est que personne ne m’a prévenue que je pouvais récupérer mon véhicule a l’issue de la dernière expertise et le véhicule est en panne et je n’ai pas d’argent pour effectuer un remorquage. En sachant que je suis tomber en panne a 200km de mon domicile.
Aujourd’hui le devis des frais de gardiennage s’éleve a 6000€ .
Ma question est : dois je récupérer mon vehicule et comment?
Qui va payer les frais de gardiennage ?
Excusez moi d’avoir été long et merci de m’avoir lu.
Afficher la suite 

1 réponse

Répondre au sujet
0
Utile
Bonjour,

Et que dit ta protection juridique ?
Commenter la réponse de Marley-18
Newsletter

Pour mieux gérer vos finances et mieux défendre vos droits, restez informé avec notre lettre gratuite

Recevez notre newsletter

Dossier à la une