Posez votre question Signaler

Durée du préavis pour les cadres [Résolu]

pousspouss - Dernière réponse le 16 août 2010 à 21:02
Bonjour,
je viens de donner ma démission. je suis cadre, et donc tenue à un préavis de 3 mois, or dans mon contrat de travail la durée stipulée est d'un mois. Je suppose que c'est une erreur qui s'est glissée dans ce document.
quelle est la durée réelle de mon préavis : 3 mois ou 1 mois ? (sachant que je préfèrerais quelle ne soit que d'un mois) je ne veux pas entrer en conflit avec ma direction, je leur ai fait part de ma volonté d'écourter le préavis, mais si je n'arrive pas à négocier, que puis-je faire?
Lire la suite 
Réponse
+7
moins plus
Bonjour,

Perso je pense que l'on doit lire les choses dans un ordre bien précis :
On regarde la durée de préavis indiquée dans le contrat de travail, s'il n'y en a pas, on regarde dans la convention collective, et là, s'il n'y en a pas, c'est le droit du travail qui doit être respecté.

Donc, je dirais que s'il y a une durée indiquée dans ton contrat, c'est elle qu'il faut respecter (surtout si elle t'es favorable).

A+

Ajouter un commentaire
Réponse
+1
moins plus
Je ne suis pas d'accord avec HUD, tout contrat peut être dénoncé et attaquable. Donc, mieux vaut que tu lises ta convention collective. Si celle-ci dit que tu as un préavis de 3 mois, tu dois faire un préavis de 3 mois. Maintenant, étant donné qu'un erreur c'est glissée dans ton contrat de travail (1 mois de préavis), négocie ton départ avec la direction, mai s sache que devant un conseil de prud'homme ce sera à pile ou face.
HDU 1110Messages postés mardi 11 février 2003Date d'inscription ContributeurStatut 25 juin 2014Dernière intervention - 19 mars 2008 à 08:44
Bonjour,

Tout contrat peut être dénoncé, OK. Mais là, ça ne sera un peu tard pour que l'employeur y pense, non ?

Je continue de penser que les clauses du contrat de travail "l'emportent" sur celles de la CC du moment qu'elles sont favorables au salarié (et là c'est le cas). Si le salarié aurait préféré faire 3 mois de préavis, il aurait pu évoquer cette convention et une clause dans son contrat de travail préjudiciable.
Dans tous les cas, il profite de l'erreur...

A+
Répondre
Ajouter un commentaire
Réponse
+1
moins plus
Lorsque je dis que tout contrat est dénonsable c'est devant le conseil de prud'homme, et sila convention collective stipule qu'un cadre doit effectuer 3 mois de préavis et que le contre dit le contraire, ce sera la convention collective et non le contrat qui prévaudrat. La partie adverse, à savoir l'employeur, dira qu'il y a eu une erreur de frappe et le président du conseil prendra en compte la convention collective.
HDU 1110Messages postés mardi 11 février 2003Date d'inscription ContributeurStatut 25 juin 2014Dernière intervention - 19 mars 2008 à 10:26
Le temps que cela passe en prud'hommes, il y a belle lurette que le salarié sera parti...

Je maintien ma position : contrat > convention > droit du travail.

A+
Répondre
pousspouss- 1 avril 2008 à 22:41
merci pour ces réponses. je vais tenter de négocier avec mes employeurs, la communication est ce qu'il y a de mieux quand même.
Répondre
anonymous- 16 août 2010 à 21:02
Dans le droit du travail, un document de niveau inférieur (ex contrat par rapport à CC) est toujours prioritaire lorsqu'il est plus avantageux pour le salarié. De toute façon, il ne peut aller à l'encontre des autres textes, il ne peut que les améliorer en faveur du salarié.
Répondre
Ajouter un commentaire
Ce document intitulé « durée du préavis pour les cadres » issu de Droit-Finances (droit-finances.commentcamarche.net) est soumis au droit d'auteur. Toute reproduction ou représentation totale ou partielle de ce site par quelque procédé que ce soit, sans autorisation expresse, est interdite.

Vous n'êtes pas encore membre ?

inscrivez-vous, c'est gratuit et ça prend moins d'une minute !

Les membres obtiennent plus de réponses que les utilisateurs anonymes.

Le fait d'être membre vous permet d'avoir un suivi détaillé de vos demandes.

Le fait d'être membre vous permet d'avoir des options supplémentaires.

Dossier à la une