Signaler

Problème de vis à vis

Posez votre question aurelievdb 6Messages postés samedi 14 mai 2016Date d'inscription 21 septembre 2016 Dernière intervention - Dernière réponse le 22 sept. 2016 à 10:15
Bonjour à tous,
En 2011, nous avons construit une maison individuelle sur un terrain bordé d'un entrepôt agricole.
Ce bâtiment a été racheté l'an dernier et la nouvelle propriétaire veut transformer ce bâtiment en habitation. Mais la façade la plus proche de ce bâtiment n'est qu'à 50cm de la limite de notre terrain et présente 2 fenêtres qui ont une vue plus que directe sur notre jardin. Ces deux ouvertures seront selon ses plans un salon et une cuisine...
Elle nous demande de ne pas clôturer pour ne pas lui cacher la lumière...
Mes questions sont donc les suivantes:
- La propriétaire a-t-elle le droit de transformer ce bâtiment en habitation étant donnée la promiscuité avec notre jardin?
- Et si oui, est-elle en droit d'exiger que nous ne mettons pas de haies afin de nous préserver du futur vis-à-vis?
Je tiens à préciser que la nouvelle propriétaire n'est autre que la fille du maire et qu'elle construit à tout va dans le hameau...
Je joins une copie du plan du terrain. Notre maison y est en violet et on peut voir le bâtiment plus au sud qui jouxte notre terrain.

Merci d'avance pour les réponses que vous pourrez nous apporter, nous sommes vraiment en souci et avons l'impression que cette dame nous prend pour des imbéciles.
Bon weekend!
Afficher la suite 
Utile
+0
moins plus
Bonjour,

Il faut vérifier si vos terrains respectifs faisaient partie d'une seule parcelle autrefois ce qui expliquerait leur présence.

néanmoins si vous voulez masquer la vue,vous pouvez poser un "panneau ou brise vue mais à 1m90 de votre limite. Voire,planter un arbre à feuillage persistant à 2m de votre limite.
aurelievdb 6Messages postés samedi 14 mai 2016Date d'inscription 21 septembre 2016 Dernière intervention - 15 mai 2016 à 13:04
Merci beaucoup pour votre réponse. Nous avons fait la demande auprès de la mairie pour savoir si c'était en effet une seule parcelle et j'ai aussi contacté la DDT.
Nous avons assez de place sur notre terrain pour reculer et installer un brise vue à 1,90m de la limite séparative de nos terrains, si c'est le prix de notre tranquillité...!
Si je peux me permettre d'abuser de vos connaissances, pouvez vous m'indiquer jusqu'à quelle hauteur nous pouvons faire monter le panneau brise vue?
D'avance , merci.
Répondre
bern29 3589Messages postés mercredi 21 novembre 2012Date d'inscription 26 septembre 2016 Dernière intervention - 16 mai 2016 à 10:36
il faut vérifier cela auprès de la Mairie,si la Commune dispose d'un PLU, elle peut définir une hauteur maxi de construction, car nous ne somme plus ici sur la désignation de clôture.
Pour les fenêtres si votre terrain n'est pas issu du même que celui ou est le hangar, il reste encore la prescription (si les fenêtres sont là depuis moins de 30 ans,la vue n'est pas acquise.
Répondre
Ajouter un commentaire
Utile
+0
moins plus
Désolé, mais là c'est prendre le problème à l'envers !
C'est Aurelievdb qui serait pénalisée par la vue directe dans sa propriété et c'est elle qui devrait prendre et payer pour les mesures qui "arrangereraient" un constructeur indélicat ? Qui doit se sentir morveux d'ailleurs, puisqu'il prend les devants en préparant insidieusement le terrain (manoeuvre qui, précisons-le, n'a aucune valeur juridique).


Si donc de telles ouvertures sont maintenues en fenêtres, cela contrevient à la base aux articles 678 et éventuellement 679 du code Civil.
>>> http://www.saverne.fr/La-Mairie-a-votre-service/Urbanisme/Articles-utiles-du-code-civil-Plantations-droit-de-vue

Il faut donc tout de suite contester par recommandé avec AR autant auprès de la mairie que du propriétaire du bâtiment l'ouverture de ces fenêtres, en signalant que s'il passe outre vous porterez l'affaire devant la juridiction civile.

Vu la dimension du bâtiment, il y a très probablement des possibilités d'organiser cette "maison" autrement qu'en créant des vues illégales !

Si ensuite il arrive à prouver qu'il s'agit anciennement d'une seule parcelle et/ou qu'il y a prescription trentenaire, il sera toujours temps d'aviser.

Accessoirement, et dans cette éventualité, personne ne pourra interdire la plantation d'une haie si cela se fait dans les règles (voir même lien ci-dessus).

bern29 3589Messages postés mercredi 21 novembre 2012Date d'inscription 26 septembre 2016 Dernière intervention - 17 mai 2016 à 12:36
Bjr BmV,

C'est Aurelievdb qui serait pénalisée par la vue directe


certe, mais moi j'ai cru comprendre que ces fenêtres existaient avant les travaux de la nouvelle voisine. D'ou mes questions sur la possibilité d'une destination du père de famille ou d'une prescription trentenaire,auquel cas,il n'y aurait rien à redire sur la présence des fenêtres.
Répondre
BmV 65177Messages postés samedi 24 août 2002Date d'inscription ModérateurStatut 26 septembre 2016 Dernière intervention - 17 mai 2016 à 14:07
"auquel cas," en effet, c'est tout à fait exact.

Mais en attendant, comme la situation n'est pas du tout claire sur cet aspect-là, j'estime qu'il est judicieux de prendre le souci dans l'ordre.
Qu'Aurélie s'oppose à ces ouvertures conformément au code Civil, s'il existe des éléments objectifs plaidant différemment, ce sera à la voisine de les produire.
Répondre
Ajouter un commentaire
Utile
+0
moins plus
"- La propriétaire a-t-elle le droit de transformer ce bâtiment en habitation étant donnée la promiscuité avec notre jardin?" : oui, à condition que cela soit conforme aux règles du PLU et sans maintenir d'ouvertures illégales.

"- Et si oui, est-elle en droit d'exiger que nous ne mettons pas de haies afin de nous préserver du futur vis-à-vis?" : non

"Je tiens à préciser que la nouvelle propriétaire n'est autre que la fille du maire " : et même si c'était le Pape ou ou la Reine d'Angleterre, ce serait pareil ....

Ajouter un commentaire
Utile
+0
moins plus
Bonjour,
Je ne reviens vers vous que tardivement mais j'ai fait des recherches à partir de ce que vous m'avez dit. D'ailleurs merci pour vos réponses.
Notre terrain n'est pas issu d'une indivision, sur le cadastre de 1963 (trouvé aux archives départementales) les terrains étaient déjà 2 parcelles distinctes.
Le bâtiment en question a été construit en 1996, il n'a donc pas 30 ans, si je comprends bien, il n'y a donc pas de servitude de vue.
Ma question est maintenant la suivante: sommes nous en mesure de demander la suppression de ces 2 ouvertures même si notre maison a été construite après le bâtiment?
D'avance merci pour vos réponses :)
Ajouter un commentaire
Utile
+0
moins plus
"Le bâtiment en question a été construit en 1996" : donc, sauf s'il a été remanié entre temps, il était déjà en infraction au départ par rapport aux vues, puisque les articles précités du code Civil fixent des distances par rapport à la limite de propriété et à elle seule, qu'il y ait, sur la parcelle voisine, une maison, un cabanon, un terrain de foot, un golf, une écurie, une yourte, une mare aux canards ... ou pas.

Et bien évidemment le fait qu'une maison ait été édifiée après le bâtiment litigieux (moins de 30 ans) ne fait rien à l'affaire.

"sommes nous en mesure de demander la suppression de ces 2 ouvertures même si notre maison a été construite après le bâtiment?" : oui, sur la base des articles précités et au civil, donc juge de proximité.

Il s'agit bien ici d'un conflit entre deux personnes privées, la mairie n'est pas concernée, ne s'agissant nullement du code de l'Urbanisme.

aurelievdb 6Messages postés samedi 14 mai 2016Date d'inscription 21 septembre 2016 Dernière intervention - 10 juin 2016 à 15:31
D'accord, merci, me voilà rassurée.
Première fois pour moi: auprès de qui exactement devons nous faire cette demande? Merci d'éclairer ma lanterne sur "au civil" et "juge de proximité" :)
Répondre
Ajouter un commentaire
Utile
+0
moins plus
Tout d'abord,faire une LRAR au voisin le mettant en demeure de supprimer les vues. (vous pouvez faire rédiger la lettre par un avocat) pour quelques dizaines d'euros,ça aura plus de poids et pourrait vous éviter un jugement.
Ajouter un commentaire
Utile
+0
moins plus
Bonsoir,
Nous voilà 3 mois plus tard....
Nous avons envoyé des courriers de mise en demeure. C'est un courrier de l'avocate de la voisine qui nous est revenu et qui nous a attaqué pour des motifs futiles... Nous avons donc dû faire appel à un avocat ( un ténor parait-il... la facture nous l'a bien montré :) )
Il a tenté un recours à l'amiable mais peine perdue... toujours la même réponse..." le bâtiment était là avant, on fait ce qu'on veut...." Elle nous menace même de demander des dommages et intérêts si nous entamions une procédure qu'elle juge abusive...
Il va maintenant falloir prendre une décision; doit-on aller jusqu'au procès? Daprès vos commentaires, nous sommes dans notre droit non?
Nous attendons l'avis de notre avocat sur ce sujet mais nous pensons qu'il va nous répondre que tout est défendable.
Nous ne sommes pas du tout procéduriers et nous ne voulons pas juste aller faire mumuse avec la justice.... nous n'en avons pas les moyens financiers de toutes façons!
Si nous sommes en tort, nous ferions volontiers notre mea culpa.
Je suis vraiment démunie et cela commence à peser sur le moral... c'est une vraie zone de non droit...
Merci d'avance si vous prenez le temps de me lire et de me répondre.
Bonne soirée
Ajouter un commentaire
Utile
+0
moins plus
Puisque désormais un avocat est saisi de l'affaire en direct, nos simples conseils d’orientation seront totalement superflus ...
D'autant que parmi nous il n'y a je crois aucun "ténor" ... ;-)

Sauf si d'autres éléments devaient avoir apparu entretemps, il est fortement à supposer qu'un tel professionnel saura très facilement plaider sur la base des articles 678 et 679 basiques du code Civil relatifs aux vues.


aurelievdb 6Messages postés samedi 14 mai 2016Date d'inscription 21 septembre 2016 Dernière intervention - 21 sept. 2016 à 21:54
OK merci
Répondre
Ajouter un commentaire
Utile
+0
moins plus
Il a tenté un recours à l'amiable mais peine perdue... toujours la même réponse..." le bâtiment était là avant, on fait ce qu'on veut...." Elle nous menace même de demander des dommages et intérêts si nous entamions une procédure qu'elle juge abusive... 


Franchement si c'est là tous les arguments qu'elle oppose ....
Ce que vous demandez vous,n'est rien d'autre que le respect de la loi (ceux cités plus haut par BmV.) Et un juge ne peut aller contre les textes de loi.
Ajouter un commentaire
Utile
+0
moins plus
Voilà.

On a de bonnes raisons de croire que cela va bien se passer ; et si on pouvait avoir un petit retour à l'occasion, ce serait bien.
Merci par avance.

;-)



Ajouter un commentaire

Les membres obtiennent plus de réponses que les utilisateurs anonymes.

Le fait d'être membre vous permet d'avoir un suivi détaillé de vos demandes.

Le fait d'être membre vous permet d'avoir des options supplémentaires.

Vous n'êtes pas encore membre ?

inscrivez-vous, c'est gratuit et ça prend moins d'une minute !

Dossier à la une