Signaler

Accident travail sans arrêt et abandon de poste

Posez votre question Waazzz33600 - Dernière réponse le 19 juin 2017 à 11:38 par dna.factory
Bonjour,
Je suis actuellement en accident de travail sans arrêt depuis le 16 mars 2017 et jusqu'au 18 septembre 2017(pour soins car je dois faire une infiltration dans le mois en cours). Cette déclaration a été faite lors d'un congés professionnel de formation (Fongecif) qui c'est terminé le 9 juin depuis je ne suis pas retourné chez mon employeur car je veux faire un abandon de poste pour changer de métier par la suite. Mon employeur peut-il faire la procédure de licenciement pour abandon de poste ? Sachant que je ne veux pas y retourner.
Cordialement
Utile
+3
plus moins
Bonjour,
L'employeur n'a aucune obligation, il peut laisser pourrir la situation indéfiniment.
Votre abandon de poste est une très très mauvaise idée.
Donc pas de droit au chômage, puisque pas de licenciement et impossible de travailler ailleurs votre contrat vous lie à cette entreprise.
Financièrement vous allez droit dans le mur.
Il est plus intelligent de démissionner ou de trouver un accord a l'amiable avec votre patron.
Cette réponse vous a-t-elle aidé ?  
Donnez votre avis
Utile
+1
plus moins
Un abandon de poste avec un employeur complaisant, ça prends au minimum 6 semaines pour licencier en respectant les délais.
Un salarié protégé, c'est encore plus long, vu qu'il faut compter les allez et retour à l'inspection du travail.

Je dirais au minimum 2.5 mois en période normale.
sauf que là, on est pas en période normal, on est en juillet aout.
Donc, faut compter du délai en plus, disons 3 mois.

Un élément apparemment peu connu est que 4 mois après une démission, il est possible de demander un réexamen des droits ARE, et que sous réserve de prouver une recherche active (pas trop compliqué), les droits sont réouverts.

Donc dans le cas présent, on a :
d'un coté, la certitude d'ouvrir les droits ARE au bout de 4 mois si on n'a pas déja trouvé d'emploi.
de l'autre coté, l'espoir de se faire licencier au bout de 3 mois sans être payé, pendant lesquels on n'a pas le droit de prendre un autre emploi.

L'espoir... car licencier un salarié protégé, c'est toujours un risque.
Donc dans un cas comme ça, c'est souvent préférable de ne rien faire.

Pour l'abandon de poste je me suis arrangé avec mon employeur donc je n'ai pas d'inquiétude
Si vous saviez le nombre qui viennent ici en pleurant parce que malgré leur arrangement, l'employeur ne les a toujours pas licencié 6 mois après.
Donnez votre avis
Utile
+0
plus moins
Je me suis arrangé avec mon employeur pour qu'il faire l'abandon de poste, pour ça je n'ai pas d'inquiétude
Je voulais juste savoir , étant donné que je suis en accident sans arrêt si c'était possible ?
Donnez votre avis
Utile
+0
plus moins
Pour l'abandon de poste je me suis arrangé avec mon employeur donc je n'ai pas d'inquiétude

Je voulais juste savoir si en accident sans arrêt il pouvait me licencié
Donnez votre avis
Utile
+0
plus moins
Bonjour,

Si vous n'êtes pas arrêté pour l'accident du travail, votre employeur peut vous licencier pour faute grave.
Je dis bien "peut" car, comme l'a indiqué Misha, l'employeur n'a aucune obligation, même s'il l'a promis.

Cordialement
Donnez votre avis
Utile
+0
plus moins
Bonjour,

"Pour l'abandon de poste je me suis arrangé avec mon employeur donc je n'ai pas d'inquiétude "

sauf qu'il s'agit d'un arrangement oral (puisqu'il ne peut pas mettre par écrit un arrangement "illégal"), non, vous ne pouvez avoir aucune certitude, vous ne seriez pas le premier à qui l'employeur aurait proposé l'abandon de poste sans licencier la personne rapidement.
Donnez votre avis
Utile
+0
plus moins
Merci pour vos réponse
Est ce que mon employeur peu me licencier si je suis en accident de travail sans être arrêté ?
Veilleur62 1047Messages postés mercredi 6 août 2014Date d'inscription 8 octobre 2017 Dernière intervention - 17 juin 2017 à 15:44
Avez-vous réellement lu ma réponse ?
Répondre
Donnez votre avis
Utile
+0
plus moins
J'ai lu votre réponse si je comprends bien il ne peu pas me licencier pour un abandon de poste(admetons qu'il le fasse) mais que pour faute grave si je suis en accident de travail sans être arrêter ?
Veilleur62 1047Messages postés mercredi 6 août 2014Date d'inscription 8 octobre 2017 Dernière intervention - 17 juin 2017 à 15:59
J'ai dit qu'il peut.
Un abandon de poste est une faute grave. Vous refusez d'effectuer votre travail alors que vous y êtes engagé en signant un contrat de travail.
Répondre
Donnez votre avis
Utile
+0
plus moins
Je suis actuellement en accident de travail sans arrêt depuis le 16 mars 2017

Vous n'êtes pas en arrêt de travail !!!
Donc c'est un abandon de poste et licenciement au bon vouloir de l'employeur.
Et un accord oral, c'est du vent aucune valeur juridique.

Pour plus de renseignement, voir avec l'inspection du travail.
Donnez votre avis
Utile
+0
plus moins
Merci bcp pour vos réponse je suis bien éclairé sur le sujet et sais à quoi m'attendre
J'ai une dernière question si je suis élu DP et élu CE mon licenciement est soumis en réunion CE , pour accord ou désaccord des élus et par la suite présenté à l'inspection du travail ? Dans quel délais ?
Misha-d'ok- 17 juin 2017 à 16:07
Là je passe la main, c'est pas trop mon domaine.
Répondre
Waazzz33600 5Messages postés samedi 17 juin 2017Date d'inscription 17 juin 2017 Dernière intervention - 17 juin 2017 à 16:19
Merci quand meme
Répondre
Donnez votre avis
Utile
-2
plus moins
Bonjour.
Je voit pas pourquoi vous compliqué la vie sachant que vous êtes en at je vois pas comment votre employeur vous licencier sauf erreur ou être très con de sa part ?
Alors mon cher ami il y a toujours de procédure à respecter
Renseigner toi bien !!
Donnez votre avis

Les membres obtiennent plus de réponses que les utilisateurs anonymes.

Le fait d'être membre vous permet d'avoir un suivi détaillé de vos demandes.

Le fait d'être membre vous permet d'avoir des options supplémentaires.

Vous n'êtes pas encore membre ?

inscrivez-vous, c'est gratuit et ça prend moins d'une minute !

Newsletter

Pour mieux gérer vos finances et mieux défendre vos droits, restez informé avec notre lettre gratuite

Dossier à la une