Signaler

Refus d'être copropriétaire ? [Fermé]

Posez votre question l Ange - Dernière réponse le 14 sept. 2017 à 13:15 par l Ange
Bonjour,
Dans un nouveau lotissement, 6 groupes d'immeubles. Trois seulement ont accepté d'être en copropriété, les propriétaires des trois autres ont refusé en 2003.
Au centre un square et quelques petites parcelles autour sont restés au nom de la Sté de construction, aujourd'hui disparue après une liquidation judiciaire en déc 2005.
Et maintenant ces propriétaires indépendants s'agrandissent comme ils le désirent. Mais dans cette situation peut-on refuser d’être copropriétaire ? Même la mairie se dit propriétaire de parking et entretien les terrains !
Utile
+0
plus moins
Le régime de la copropriété est obligatoire dès lors qu'un immeuble est composé de lots avec des parties communes... Mais dans votre cas, ce n'est pas vraiment la copropriété mais la structure qui devrait gérer les parties communes à plusieurs copropropriétés ; une union, une ASL...

Quoiqu'il en soit, une parcelle ne peut pas être sans propriétaire, en derniers recours c'est l'état et les domaines ; vous pouvez faire une demande de matrice cadastrale auprès du fichier immobilier pour savoir à qui appartient ces parcelles depuis la liquidation. Pour les agrandissements il faut aller voir en mairie si les permis de construire sont conformes...
l Ange- 14 sept. 2017 à 13:15
Les parcelles de ce lotissement sont restées, sur le cadastre, au nom de la Sté Constructrice depuis 2003. Et pourtant, cette Sté a disparu depuis 15 ans.
D'autre part sur l'extension d'habitation, avec mur devant ma fenêtre, le Maire m'a conseillé de m'adresser au tribunal !

Les membres obtiennent plus de réponses que les utilisateurs anonymes.

Le fait d'être membre vous permet d'avoir un suivi détaillé de vos demandes.

Le fait d'être membre vous permet d'avoir des options supplémentaires.

Vous n'êtes pas encore membre ?

inscrivez-vous, c'est gratuit et ça prend moins d'une minute !

Newsletter

Pour mieux gérer vos finances et mieux défendre vos droits, restez informé avec notre lettre gratuite

Dossier à la une