Signaler

Pas de compte commun

Posez votre question Loubeg 1Messages postés lundi 16 octobre 2017Date d'inscription 16 octobre 2017 Dernière intervention - Dernière réponse le 13 nov. 2017 à 23:25 par YVOTHEMAR
Bonjour,
Mon conjoint et moi avons achetés une maison (nous sommes pacses) . Lui et moi sommes d'accord sur le faite d'avoir chacun notre compte bancaire. Et nous préférons comme ça. Mais pour le crédit nous avons dû avoir un compte commun. Jusque là tout est OK et tout se passe bien. Nous avons convenu ensemble et depuis toujours, que mon conjoint versait la totalité du prêt de son compte perso à notre compte joint et moi je payais les autres factures, pour les enfants, etc.. Bref mon salaire ne fait pas office d'argent de poche. Voilà ma question : si un jour ça se passe mal entre nous (car on ne sait jamais) vu que l'argent pour approvisionner le compte du crédit vient de son compte perso. Peut il dire qu'il l'a payé tout seul et du coup je me retrouve avec plus rien... Car effectivement il paye le crédit mais il ne paye pas les courses et d'autres choses.. Merci de vos retours.
Utile
+0
plus moins
Bonjour.
Lorsque vous avez acheté votre maison, le notaire s'est chargé de toutes les formalités ; Relisez les documents et l'acte de propriété qu'il vous a remis lors de l'acquisition de la maison. Ainsi, dans un premier temps, vous saurez la quote-part indivise qui vous appartient.
Quant au désaccord qui pourrait un jour vous opposer, (votre Compagnon remboursant 100% de l'emprunt maison), le notaire pourrait vous répondre.
Ce sont des conseils et informations gratuits qu'ils donnent régulièrement.
Cordialement.
Donnez votre avis

Les membres obtiennent plus de réponses que les utilisateurs anonymes.

Le fait d'être membre vous permet d'avoir un suivi détaillé de vos demandes.

Le fait d'être membre vous permet d'avoir des options supplémentaires.

Vous n'êtes pas encore membre ?

inscrivez-vous, c'est gratuit et ça prend moins d'une minute !

Newsletter

Pour mieux gérer vos finances et mieux défendre vos droits, restez informé avec notre lettre gratuite

Dossier à la une